Skip to content

রোহিঙ্গাদের গন্তব্য চট্টগ্রাম

শুনতে করুণ লাগতে পারে আত্মঘাতী মনে হতে পারে কিন্তু এটা মেনে নিতেই হবে দুসপ্তাহের মধ্যে যদি বার্মার রাখাইন প্রদেশের তিন ভাগের এক ভাগ রোহিঙ্গা বাংলাদেশে চলে আসতে পারে তাহলে দেড় মাসের মধ্যেই সব রোহিঙ্গা বাংলাদেশেই বসবাস শুরু করে দিতে পারে এবং এই পুরো চাপটি চট্টগ্রাম অঞ্চলকেই বহন করতে হবে এবং এটাও স্বীকার করে নিতে হবে রাখাইনবাসী রোহিঙ্গাদের গন্তব্য এখন চট্টগ্রাম।

২০১২ সালে এবং ২০১৬ সালে বাংলাদেশ চেষ্টা করেছে রোহিঙ্গারা যেন বাংলাদেশে প্রবেশ করতে না পারে সেইসাথে রাখাইনে রোহিঙ্গাদেরও আশা ছিল তারা বার্মার ওই প্রদেশে তাদের সাময়িক নিবন্ধন সনদ নাগরিক সনদে রূপ না নিলেও অন্তত স্থায়ী নিবন্ধন সনদে উন্নীত হবে এবং তারা রাষ্ট্রহীন জনগোষ্ঠী থেকে রাষ্ট্রে অন্তর্ভুক্ত জনগোষ্ঠীতে রূপান্তরের প্রাথমিক ধাপ অতিক্রম করবে।

রোহিঙ্গাদের এটাও আশা ছিল ২০১২ ও ২০১৬ সালের এআরএসএ-এর বিচ্ছিন্নতাবাদী আগ্রাসন ও তা দমনে বার্মার সিভিল ও সামরিক প্রশাসনের ঢালাও গ্রামের পর গ্রামে অবরোধ অগ্নিসংযোগ ধর্ষণ নির্যাতন গণতান্ত্রিক রাজনৈতিক উজ্জীবনের মধ্য দিয়ে কমে আসবে।

কিন্তু বার্মার রাখাইন প্রদেশে এবং বার্মার কেন্দ্রীয় সরকারে কোনো কিছুই সাধারণ রোহিঙ্গাদের প্রত্যাশার অনুকূলে চলেনি। প্রাদেশিক সরকার ও কেন্দ্রীয় সরকার রাষ্ট্রহীন রোহিঙ্গাদের বিষয়ে উদাসীনতার মাত্রা বাড়িয়ে সামরিক নজদারির মাত্রা চড়িয়ে রাষ্ট্রহীন জনগোষ্ঠীকে রাষ্ট্রচ্যূত জনগোষ্ঠীর দিকে ঠেলে দিতে কঠোর থেকে কঠোরতর হতে লাগল এবং রাখাইন প্রদেশের সংখ্যাগুরু বৌদ্ধদের সাথে রোহিঙ্গা মুসলিমদের ধর্মগত ও জনজাতিগত ব্যবধানের সুযোগকে কাজে লাগিয়ে রাখাইন প্রদেশকে মা বা থা চরমপন্থা ও এআরএসএ-এর সশস্ত্র চরমপন্থার নৈরাজ্যের মধ্যে ঠেঁসে ধরল।

গত কয়েক বছরের আন্তর্জাতিক ইসলামি সন্ত্রাসবাদের বিকট বিস্তারের প্রেক্ষাপটে এআরএসএ হয়ে উঠল এমন সংগঠন যারা রোহিঙ্গা মুসলমানদের উদ্ধারের কথা বলে বেড়ে উঠলেও সন্ত্রাসবাদের সাধারণ নিয়মে সন্ত্রাসবাদের বিরুদ্ধে থাকা মুসলিমদেরও শেষ করে দিতে বদ্ধপরিকর এবং তাদের কার্যকলাপ এমন হয়ে উঠল যাতে অং সান সু কি সহজেই বলতে পারছেন যেখানে মুসলমানরাও মুসলমানকে মারছে সেখানে আরাকানের সমস্যা সমাধান করা অনেক অনেক কঠিন হয়ে পড়েছে যার ফলে এটা বলা অনেক সহজ আজকে এআরএসএ বার্মার গণতান্ত্রিক নেতার ও সামরিক প্রশাসনের রোহিঙ্গা সমস্যা সমাধানের অনিচ্ছার পক্ষেই কাজ করছে এবং সাধারণ রোহিঙ্গাদের রাষ্ট্রচ্যূত করার নিয়ামক হিসেবেই তাদের সন্ত্রাসী কর্মকাণ্ডের বিস্তার ঘটাচ্ছে।

এবং এখন এই যে রোহিঙ্গারা তাদের গন্তব্য চট্টগ্রামে পৌঁছে যাচ্ছে এই কঠিন বাস্তবতা চট্টগ্রাম অঞ্চল যেন মোকাবেলা করতে পারে তার জন্য শুধু বাংলাদেশ রাষ্ট্র কাজ করলেই চলবে না জাতিসংঘকে এবং আন্তর্জাতিক ত্রাণ সংস্থাগুলোকেও বড় ভূমিকা রাখতে হবে। সবার আগে এই রাষ্ট্রচ্যূত রোহিঙ্গাদের শরণার্থী হিসেবে নিবন্ধনের কাজটা অগ্রাধিকার ভিত্তিতে করতে হবে। আর বাংলাদেশের পররাষ্ট্র স্বরাষ্ট্র প্রতিরক্ষা অর্থ এই চার মন্ত্রণালয়ের সমন্বয়ে একটা বিশেষ দপ্তর চট্টগ্রামেই প্রতিষ্ঠা করতে হবে যাদের কাজ হবে রোহিঙ্গাদের সব রকমের শরণার্থী সেবা দেয়ার পাশাপাশি এই শরণার্থীরা যেন কোনো ভাবেই বাংলাদেশের নাগরিকত্ব দখল না করতে পারে সেদিকে সার্বক্ষণিক নজর রাখা।

আর বাংলাদেশ পুলিশের যেহেতু এখন একটা বিশেষায়িত সন্ত্রাসবাদবিরোধী ইউনিট আছে তাদেরও চট্টগ্রামে শক্তি বাড়িয়ে তৎপরতার দিক থেকে সক্রিয়তার দৃষ্টান্ত রাখতে পারলে রোহিঙ্গা উদ্ভূত সন্ত্রাস মোকাবেলায় সফলতা আশা করা যায়।

রোহিঙ্গাদের গন্তব্য চট্টগ্রামের বাইরে যেন যেতে না পারে নিশ্চিত করতে পারলেই একমাত্র রোহিঙ্গাদের আবার তাদের আরাকান প্রদেশে ফিরিয়ে দেয়ার কাজ করা যাবে আর রোহিঙ্গাদের গন্তব্য যদি বাংলাদেশের যেকোনো জায়গা হয়ে যায় বা বাংলাদেশও ছাড়িয়ে যায় তাহলে রোহিঙ্গাদের আর আরাকান প্রদেশে ফিরিয়ে দেয়া যাবে না। তাই বলছিলাম রোহিঙ্গাদের গন্তব্য চট্টগ্রাম এবং আশা করছি তাই যেন হয় আমরা যেন তাই করতে পারি।

কমিউনিটি ব্লগে : রোহিঙ্গাদের গন্তব্য চট্টগ্রাম

Advertisements

réinventer l’école du bonheur et de la rigueur

Jack Lang répond à Jean-Michel Blanquer : “Un enfant est un être vivant, pas une machine”

Former culture minister Mr Jack Lang In Paris, France, on May 2, 2017. (Photo by Julien Mattia/NurPhoto)

Prof un jour, prof toujours. Après la publication de notre entretien avec Jean-Michel Blanquer, Jack Lang nous a contactés, souhaitant réagir aux propos de son lointain successeur. Aujourd’hui président de l’Institut du monde arabe, l’ancien pompier volant de la rue de Grenelle, venu remplacer Lionel Jospin en 1992, puis Claude Allègre en 2000, a conservé un regard aiguisé sur les questions éducatives. Il nous livre le bulletin de notes – mitigé – de l’élève Blanquer, sans oublier de décerner un bonnet d’âne à la plupart des ministres de gauche ou de droite qui lui ont succédé.

L’interview de Jean-Michel Blanquer vous a donné envie de prendre la parole. Pourquoi ? Ses propos vous ont interpellé ?

Je connais Jean-Michel Blanquer depuis un certain temps. Nous partageons la même passion pour l’Amérique latine. Je ne suis pas étranger à la naissance de l’Institut des hautes études latino-américaines qu’il a dirigé avec talent et passion. C’est par ailleurs un vrai professionnel, qui connaît les rouages du vaisseau “Education”. Ce n’est ni un fumiste ni un amateur comme on a pu en voir si souvent rue de Grenelle. Avec lui, nous avons un homme de qualité.

Je me réjouis aussi que l’une de ses premières mesures ait été de rétablir le grec, le latin, les classes bilangues et les classes européennes, dont nous avons été les initiateurs en 1992. J’étais en désaccord profond avec Najat Vallaud-Belkacem, qui cultivait sur ce plan une idéologie culturelle, éducative et scientifique, que je réprouve depuis toujours. Cette idée qu’en coupant la tête aux expériences d’excellence, on réussit à donner leur chance aux autres élèves, est illusoire et pernicieuse.

Dans le débat élitisme-égalitarisme, que le ministre a relancé, vous vous situez donc du côté des élitistes…

Cette opposition est caricaturale. Et je déplore d’ailleurs que le ministre ait posé le débat en ces termes un peu éculés. Egalitarisme, pédagogisme… Qu’est-ce à dire ? C’est brandir l’épouvantail à moineaux, dans le seul but de complaire à quelques ultraconservateurs, qui n’ont pas remis les pieds dans une école depuis 50 ans, et dénoncent les excès d’une pédagogie qu’ils ne connaissent pas. Ma vision, c’est celle d’une école élitaire pour tous, pour paraphraser Jean Vilar. Une exigence permanente tout au long du parcours scolaire, qui peut évidemment emprunter des chemins multiples. C’est en visant haut qu’on atteint large. Ce n’est pas en baissant, en diminuant, en coupant, en éradiquant, qu’on peut ouvrir les voies de la connaissance à des enfants en difficulté.

Najat Vallaud-Belkacem et nombre de spécialistes des sciences de l’éducation reprochaient à ces classes bilangues ou européennes de séparer les élèves par niveaux, et de nuire ainsi à une hétérogénéité scolaire, bénéfique à tous…

Ce n’est pas entièrement faux. Mais des expériences concrètes montrent également que, dans plusieurs collèges et lycées de quartiers difficiles, le grec a donné la pêche, la dignité aux élèves. Qu’il y ait des parents qui utilisent les filières d’excellence pour contourner la mixité sociale, c’est l’évidence. Mais ça ne justifie pas que l’on abolisse ces filières. Qu’on trouve plutôt des remèdes, des contrepoisons, qu’on mette la mixité sociale en tête des priorités politiques ! Qu’on en finisse avec une école de castes et de classes.

Jean-Michel Blanquer ne le fait pas. Pour lui, il n’y a “pas de solution miracle” en matière de carte scolaire et de mixité sociale…

C’est pourtant un combat prioritaire. La réussite même de son expérience des classes à effectif restreint risque de buter sur cet obstacle urbain et social. Va-t-on enfin prendre le taureau par les cornes et s’attaquer avec énergie à la ségrégation urbaine ? Ce devrait être l’action du gouvernement tout entier : les conditions de vie, l’habitat, l’environnement familial, l’état lamentable de la médecine scolaire… Ça mériterait un véritable plan. Que je ne vois pas surgir.

Là où M. Blanquer semble avoir le soutien du gouvernement, c’est sur la nécessité de réformer le bac, et parallèlement de renforcer la sélection à l’entrée de l’université. Qu’en pensez-vous ?

Réformer le bac, je ne suis pas contre. J’ai dit un jour que c’était un monument historique et qu’on ne pouvait pas le détruire. Mais un monument historique, ça peut se restaurer et se moderniser. A une condition : que cette réforme ne serve pas de prétexte à un nouvel étranglement de l’accès à l’enseignement supérieur mais soit un tremplin à une impérieuse révolution des lycées, sujet aujourd’hui absent des discours officiels.

Sur ce plan, l’héritage légué par la précédente équipe n’est pas brillant. A l’heure où nous parlons, il y a encore des jeunes bacheliers qui ne savent pas dans quelle université ils seront acceptés. Dans un pays qui s’appelle la France, cinquième puissance mondiale, c’est invraisemblable. Et qu’un gouvernement de gauche ait, quelques jours avant l’élection présidentielle, signé un texte institutionnalisant le tirage au sort à l’entrée de la fac, ce n’est pas très digne.

Vous soulignez la responsabilité du gouvernement sortant. Mais sur le temps long, cette situation est le fait d’une politique de massification, sans effort suffisant d’orientation, dont vous avez été solidaire…

Ne fallait-il pas ouvrir la porte de l’enseignement supérieur à de nouvelles générations de filles ou de garçons qui en étaient exclus ? Je n’aime pas ce terme de massification. Nous avons mené une politique de démocratisation avec des succès réels, des changements positifs et heureux : l’ouverture de nouvelles universités, l’harmonisation européenne des diplômes, l’instauration de voies professionnelles… Ce que l’on subit actuellement, c’est l’absence d’anticipation des évolutions démographiques. Lionel Jospin avait déjà connu ce problème, quand il était ministre dans les années 1990, et cela avait donné lieu au Plan université 2000, doté de moyens budgétaires considérables. Aujourd’hui, le même phénomène se produit.

A un moment, il va falloir regarder les réalités en face, et en finir avec l’idéologie du “faire mieux avec moins”. Sans un effort réel, nous ne pourrons pas réduire le taux d’échec à l’université. Il ne faut pas seulement mieux orienter ces cohortes de nouveaux étudiants, il faut les accompagner correctement. Cela demande de l’argent mais aussi de l’engagement, de l’imagination, de l’obstination.

Revenons en amont. Jean-Michel Blanquer considère que la mère des batailles pour lutter contre l’échec scolaire, c’est l’acquisition du langage dans les premières années de l’école primaire. Vous partagez ce constat ?

A l’évidence oui. La maîtrise d’une langue claire, limpide, c’est le cœur de l’instruction. Tout devrait s’ordonner autour de cette colonne vertébrale, et pas seulement à l’école primaire. Là où je suis plus réservé, c’est sur les conclusions que M. Blanquer en tire. Les CP-CE1 dédoublés en REP et REP+, c’est bien, mais pas suffisant. Quid de la quantité innombrable d’élèves – de tous milieux – qui restent pendant des semaines ou des mois sans professeurs ? Mon inquiétude, c’est que ces classes à effectif réduit dans l’éducation prioritaire se réalisent parfois au détriment des autres écoles, et que cela crée des rancœurs, dresse les populations les unes contre les autres.

Enfin, puisque M. Blanquer revendique à juste titre de mener une politique s’appuyant sur des évaluations rigoureuses, peut-on nous expliquer en quoi le dédoublement des classes est la solution optimale ? Je rappelle que les expérimentations menées en France ont montré que l’efficacité de la mesure dépendait beaucoup de la qualité des professeurs. Or, nombre des enseignants qui seront affectés dans ces classes n’ont reçu aucune préparation pratique à l’exercice de ce métier difficile.

Il y a quinze ans, vous estimiez, vous aussi, que l’école devait à tout prix se focaliser sur l’acquisition des fondamentaux, dans un décalque presque parfait du discours actuel. Pourquoi cette action n’a-t-elle pas porté ses fruits ?

D’abord, parce qu’il y a eu un déficit de pilotage. Trois ministres sous Hollande, autant sous Sarkozy. Cette instabilité n’a pas permis à l’action publique de se déployer correctement. Et puis, il faut encore le répéter : tout ce que nous avions envisagé au début des années 2000 pour renforcer les capacités pédagogiques des professeurs a été détruit par la droite. La formation, qu’elle soit initiale ou continue, a été supprimée du jour au lendemain, parce que Nicolas Sarkozy exigeait chaque année la suppression de 15.000 postes d’enseignants. Jean-Michel Blanquer porte d’ailleurs une part de responsabilité dans cet état de fait. Il dirigeait l’administration centrale du ministère à cette époque.

Le ministre est souvent attaqué sur ce point. Il rétorque que les Instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM) dispensaient un enseignement beaucoup trop théorique, que les jeunes profs étaient les premiers à réclamer leur fermeture…

Ce n’est pas vrai. Grâce à notre action, les IUFM s’étaient beaucoup améliorés. Ils étaient devenus moins universitaires, moins logomachiques et surtout plus professionnels par la présence de maîtres formateurs qui continuaient à exercer une partie de leur métier dans les établissements. Tous ces progrès ont été mis à bas. On ne soigne pas le malade en l’achevant !

Ce qui est vrai en revanche, c’est que les Ecoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE), qui ont pris la suite des IUFM au retour de la gauche en 2012, sont retombés dans ces mauvais travers. J’avais préconisé qu’on en fasse de vraies écoles professionnelles, rattachées au ministère de l’Enseignement scolaire et donc indépendantes des universités. Je n’ai pas été suivi. Conclusion : ce sont essentiellement des universitaires qui imposent leur loi. En quoi sont-ils compétents pour concevoir la pédagogie à l’école et au collège ? Où ont-ils appris à enseigner à des enfants ?

Vous soutenez donc Jean-Michel Blanquer dans sa volonté de reprendre en main la formation des professeurs ?

Oui s’il tourne réellement le dos à l’affligeante politique menée sous le règne de Nicolas Sarkozy par les ministres Xavier Darcos et Luc Chatel, dont il fut très proche. Un vrai changement réclame un enseignement concret, s’inspirant à la fois des bonnes pratiques développées par les meilleurs professeurs, et des comparaisons internationales.

C’est précisément ce qu’il propose…

Certes, mais les moyens ne sont pas à la hauteur des ambitions. Il aurait fallu reconstituer un grand ministère de l’Education réunissant enseignement scolaire et enseignement supérieur. Aujourd’hui, le ministre n’a pas la tutelle sur les universités. Il ne peut dès lors les contraindre à céder la main. Pour elles, les ESPE représentent des ressources, des postes, un pouvoir. Plus grave : le budget 2018 ne me semble pas permettre un réel redressement. Qu’a-t-on prévu pour la formation continue ? Elle est quasiment à l’abandon. C’est une honte.

Le ministre se pique aussi de pédagogie. Son objectif est de réorienter l’apprentissage de la lecture sur une méthode strictement syllabique, et de repenser la grande section de maternelle comme une sorte de préparation du CP axée sur l’acquisition du langage. Ce que les instits appellent la primarisation de la maternelle…

La polémique “syllabique versus global” est irréelle. Elle est hors sol. Depuis 2002, les programmes sont clairs : l’apprentissage syllabique est obligatoire. Ce qui n’empêche pas les enfants d’arriver en CP avec un petit stock de mots, dont ils ont photographié la forme en maternelle. Un apprentissage purement technique, mécanique, dépouillé du travail sur le sens, serait de toute façon voué à l’échec : il ne serait pas mémorisé durablement. Dans la même logique, même si j’ai donné naissance au premier programme de l’école maternelle, je ne suis pas favorable à une primarisation de la maternelle. Au contraire, je pense qu’il faut préserver l’esprit de la maternelle au début du primaire ! Un apprentissage rigoureux de la langue, oui. Mais, tout en gardant à l’esprit qu’un enfant n’est pas une machine. Un enfant, c’est une âme, un être vivant. Il faut l’accompagner avec toute la tendresse possible pour qu’il puisse exprimer la plénitude de sa créativité. “Science sans conscience n’est que ruine de l’âme”, disait Rabelais.

Cela nous amène à la question des arts à l’école, qui fut l’un de vos combats et à laquelle vous restez très attaché…

Là aussi, je suis inquiet. J’ai croisé récemment la ministre de la Culture Françoise Nyssen qui a fondé une belle école à Arles avec Patrick Bouchain dans l’esprit du mouvement Steiner. Je lui ai demandé : “Et alors, où en êtes-vous pour l’enseignement des arts ?” Elle m’a répondu : “Je me bagarre.” Puisse-t-elle arracher de l’Education nationale un véritable plan doté d’une ambition et de moyens.

Il y a tout de même cette rentrée en musique voulue par le ministre dans tous les établissements, de la maternelle au lycée. Vous devriez être comblé !

Je m’en réjouis évidemment. Mais les arts à l’école, ce n’est pas seulement amuser les médias le jour de la rentrée scolaire. Ça devrait être leur promotion au rang de matière fondamentale au même titre que les autres disciplines. Quand j’étais ministre en 2002, nous avions mis en place avec Catherine Tasca et Marc-Olivier Dupin un plan national de formation des maîtres pour qu’ils puissent diriger des chœurs de manière professionnelle. Il faut être ambitieux, que diable ! La sensibilité enrichit la rationalité, et réciproquement. Dire des textes, jouer des textes, c’est maintenir la langue. Pratiquer la musique, c’est un des chemins qui conduit vers les mathématiques. J’ai essayé de convaincre Vincent Peillon. En vain. J’ai réessayé avec Najat Vallaud-Belkacem. Sans résultat réel. J’espère que Jean-Michel Blanquer saura introduire cette exigence artistique dans le contenu des enseignements.

Mais déjà faudrait-il qu’il ait son mot à dire sur lesdits contenus. Depuis 2013, ceux-ci sont concoctés par une instance indépendante, le Conseil supérieur des programmes…

Je me demande encore pourquoi Vincent Peillon a donné une base législative à ce soviet irresponsable. Ça n’a ni queue ni tête. Il est composé de bric et de broc, de parlementaires et de personnalités qualifiées dépourvues de toute représentativité. Sans doute Jean-Michel Blanquer n’est-il pas loin de partager ce sentiment. Je le dis avec franchise et netteté : c’est le ministre, au nom de la République, assisté par des experts, et en consultant le terrain, qui doit prendre sa plume et écrire les programmes. Faute de quoi, on se retrouve, comme Najat Vallaud-Belkacem, à devoir défendre des couillonnades, comme le remplacement du complément d’objet direct par le prédicat, pour lesquelles elle n’a même pas eu son mot à dire. Si au moins ce conseil accomplissait un bon travail ! Les programmes sont toujours aussi illisibles, touffus, abusivement encyclopédiques. Ce conseil supérieur, il faut le laisser mourir de sa belle mort. Qu’il tombe en désuétude. Et qu’on n’en parle plus.

Enfin, il y a un point sur lequel vous divergez fondamentalement avec Jean-Michel Blanquer. C’est celui des rythmes scolaires…

Je suis en effet hostile au retour de la semaine des quatre jours : c’est une régression, un non-sens pédagogique. Sur cette question, on se moque des gens et surtout des enfants. Le ministre nous parle de liberté redonnée aux communes mais, comme l’Etat n’exprime aucune préférence et ne mettra pas un sou pour soutenir le périscolaire, il est évident qu’à terme nous allons vers la généralisation des quatre jours. En France, le temps de l’école est déjà le plus court d’Europe. Toutes les analyses démontrent que les quatre jours et demi sont plus favorables aux apprentissages. Comment pourrait-il l’ignorer, lui, le féru d’études statistiques et de comparaisons internationales ?

Ce doit être à l’Education nationale de fixer la règle, pas aux municipalités, et aux enseignants, même s’il est humain de souhaiter disposer librement du mercredi. L’Etat doit avoir le courage de redevenir l’Etat. Avec la semaine de quatre jours, le service public s’étiolera, s’appauvrira, les inégalités territoriales se creuseront. Que vont devenir les enfants pendant les trois jours de congé, livrés à eux-mêmes, à la télévision, aux réseaux sociaux, à la rue ? Quel gâchis !

Vous semblez vraiment affecté par cette question…

Oui, parce que le choix des quatre jours n’est pas à la hauteur du projet affiché par le ministre. J’aurais rêvé d’une véritable révolution éducative. Elle ne s’est pas réalisée sous le règne de François Hollande. Et je crains qu’elle n’advienne pas non plus sous celui d’Emmanuel Macron. M. Blanquer est un homme de valeur, sérieux et honnête, mais sa vision n’est-elle pas trop technicienne ? Pour l’heure elle est constituée par une palette de mesures – certaines bonnes, d’autres mauvaises. Mais, cela manque de souffle, de logos. Quant à notre président, je ne doute pas qu’il ait un regard généreux sur l’éducation. Mais il faudrait qu’il déploie passion et enthousiasme et qu’il donne le sentiment que c’est le futur du pays qui est en jeu. Puisse-t-il nous réserver d’heureuses surprises et réinventer l’école du bonheur et de la rigueur.

Kangana Ranaut’s interview

Kangana Ranaut on Aap Ki Adalat: 5 explosive things she revealed about her relationship with Hrithik Roshan

Actor Kangana Ranaut showed her most daring and confident side when she came on Rajat Sharma’s Aap Ki Adalat today. Every word she spoke, revealed something shocking about her life and controversies she has faced. But what made it her most explosive interview was the way she bared all about the biggest controversy that has courted her till date – her relationship with Bollywood star Hrithik Roshan. Without mincing her words, the Queen actor shared the most personal and intricate details about the time they dated, the emotional upheaval she underwent after her personal life became a spectacle and how she stood against the film industry, which “intimidated” her during this difficult phase.


Here are five most shocking things said by Kangana, who perhaps is the most opinionated, courageous and strong-willed personality the Hindi film industry has seen in the longest time.

1. Hrithik told me he’d never accept our relationship publicly despite wanting to be together

Making the confession about their equation, Kangana said on Aap Ki Adalat that Hrithik told her even though he wanted them to be together, he made it clear that he would never leave his then wife, Sussanne. “I knew the reality when I entered in a relationship with him. It wasn’t as if I was fooled. He told me that he would never accept me publicly and the way things were in his family, he would never leave his wife. So, I told him to leave me but he didn’t want to do that either. This was the reason I didn’t want to do Krrish 3 because when you are not ready to marry me, then I don’t want anything with you. But he persuaded me for four months to sign Krrish 3.”

2. After Sussanne left him, Hrithik decided to go public about our relationship

“He never thought Sussanne would leave him. So, when she left him, I think he got disturbed. We used to talk then and one day, he told me, ‘I think I can see us together in the future. My divorce will finalise in October-November and after that, I will somehow make our relationship public.’ I found that a little weird and shady. I even told him that he should let that phase pass and then think about us with a clear perspective. But he was adamant,” Kangana said.

3. Hrithik broke up with me in early 2014 but came back after Queen released

The actor shared that Hrithik apologised to her after Queen released and told her to reconsider their relationship. “He was shooting with an actress in Manali, when rumours of their affair cropped up. It was February and I called him to check about this affair. I said, ‘You didn’t call me on Valentine’s Day.’ To which, he replied, ‘Why should I call you on Valentine’s Day? We don’t have anything. I hope you haven’t told about us to anyone.’ I was appalled. I had shared about it to my mother and sister. He told me to forget him, get over him. And after a few weeks, Queen released. He called me up and apologised. He said, ‘I am so proud of you. Everyone is talking about you. I am sorry.’ Then we met at Karan Johar’s party and I went up to him and talked about the future of our relationship. But he snapped at me and said I was letting success go to my head. But the reality was that I remained the same, it was he, who changed after Queen became a success.”

4. A famous Bollywood writer’s actor wife intimidated me, saying I would be shamed to death

Kangana alleged that she was threatened by the Roshans, film industry people and even asked by Women’s Commission to not speak about Hrithik lest face dire consequences. “Vishal Bhardwaj suggested me to take help from Women’s Commission after Hrithik sent me a notice, threatening to make my personal pictures and videos viral. First they took my case up but after a few days they called me, saying, ‘We have good relations with Rakesh ji, you should not speak much. You should go easy.’ I was shocked and since then I hate Women’s Commission. Imagine if they can be unfair to a Bollywood star like me, what would other common women go through if they go to them! Women’s Commission is fake, and has been bought.” She also revealed that a Bollywood writer’ wife told her to not raise any issue about Hrithik else she will be shamed for life. “His wife is an actress, I won’t name this couple but they called me home and he told me, ‘These are very powerful, rich people. They can do anything. They will shame you. You will die one day due to that shame. So, don’t speak much against them.”

5. I feared Hrithik when I loved him, not anymore

During the one-hour long exhaustive interview, there came a point when Kangana choked up as she spoke about the mails she had written when the duo dated. The actor said that it was a “near-to-death” experience for her when she saw the love poems she had written for the man “she loved” making to newspapers and news websites. “I really loved that man. I wrote a few mails to him when I was in New York. There’s a zone you are in, when you love someone. It was like a death to see something so private, an intimacy shared between two people which I feel is the most beautiful thing in the world, in newspapers and websites and people making fun of them. That was the most challenging phase of my life in every which way.” When host Rajat Sharma asked her if she ever feared for her life and thought to reach a compromise with the Roshans, the actor smiled and said, “I feared him (Hrithik) when I was in love with him. I am not scared of him anymore, especially after seeing his antics.”

For the uninitiated. the Kangana-Hrithik row began when last year in January, Kangana said in an interview that a “silly ex” tried to kick her out of a film. She made this remark when asked about not doing Aashiqui 3 (which has now been signed by Alia Bhatt and Sidharth Malhotra). A few days after Kangana made that comment, Hrithik tweeted, “There are more chances of me having had an affair with d Pope dan any of d (Im sure wonderful)women d media hs been naming. Thanks but no thanks.” Their alleged relationship, which was only a rumoured one till then, became a part of a huge speculation after Hrithik’s tweet. Soon, Hrithik sent a legal notice to Kangana asking her to apologise to him for referring him as “silly ex” (this is when Kangana had not named him anywhere in the mentioned interview). Kangana replied to him with a legal notice, saying that she wasn’t any dim-witted teenager, who has been smitten and that whatever happened between the two of them was with full consent of both parties.” Since then, there have been accusations galore from both the parties and while Kangana has spoken at length with the media about their equation, Hrithik has maintained stoic silence.

Watch: Kangana Ranaut was on fire on Aap Ki Adalat, here’s everything she said

Bold, outspoken, confident, daring, well what more can say about actor Kangana Ranaut? All these adjectives and more are less to describe the way we have seen her forging her path and speaking up. The soon-to-release film Simran’s lead actor was seen making a lot of revelations on her recent visit to Rajat Sharma-hosted Aap Ki Adalat. She was almost in tears while taking about the tortures she and her family had faced due to the statements and allegations made by Hrithik Roshan and his dad Rakesh Roshan about her. She was just not playing with words but spoke her heart out. Although, she had a lot more to share than Hrithik.

Kangana recently shared that it was Simran’s producer, who pushed her to go on the show. “It was my producer’s idea to go to ‘Aap Ki Adalat’. I didn’t want to go there… Rajat sir (show’s anchor) has been calling me for last three years. Then my producer told me ‘why are you not going, are you afraid?’ So I was like, ‘I should go’,” she said.

Here are things that Kangana spoke about on Aap Ki Adalat:

1. Aditya Pancholi – Kangana Ranaut has never shied away from talking about being physically abused. Although she had narrated that experience of her’s from back when she was 17 by a man who was her “father’s age” several times, she had never named her abuser until now. But here Kangana confirmed that it was Aditya Pancholi.The Queen actor said that she had even approached Aditya’s wife Zarina Wahab for help. She said, “I’m a year younger than his daughter. I was a minor. For me, this was all very new – the world that I had come into. I remember going to his wife and meeting her, and I’m like ‘Please save me! I’m younger than your daughter. I’m a minor and I can’t tell my parents.’”

2. Kangana sheds light on how Women Commission was bribed by the Roshans. She explains how they had initially wanted to help her, however, later they tried to convince her that what she was doing was a mistake as the Roshan family had influence.

3. She also narrated the incidents which involved Adhyayan Suman. She laughed out loud when speaking about his claims of her performing black magic on him and that Kangana used to hit him, and he could not do anything. She actually asked, “Who would do black magic on him?”

4. Apurva Asrani also featured in this long conversation.

5. And how can Kangana not be asked about the hot topic in Bollywood – Nepotism. Kangana shared that Bollywood award shows are fraudulent and that there are groupism and favouritism. She also said that there is a reason she doesn’t attend award shows as she feels they are biased. “If I don’t go to award shows, bigwigs of Bollywood have threatened me that you’ll be banned. Even if I’ll win an Oscar in future, I won’t attend it,” said the actor.

6. “Ketan Mehta’s script about Rani Laxmibai was rubbish and I told him that,” said the actor about the Manikarnika controversy.
Kangana also spoke about the legal notice sent by filmmaker Ketan Mehta, for ‘hijacking’ his film based on the life of Rani Laxmibai. Kangana said that she found his script utter rubbish, and also observed that no one would have done a film with the script he had.

7. She had also spoke about Karan Johar and said that she he had offered her a movie which had a role that was 10 minutes long (Ungli), and this film happened to be the biggest flop of her career.

Looks like she covered every recent controversy that she had been dragged through before.

The actor at a recent even, told reporters when asked if her statement was a ‘promotional stunt’. “When you’re shooting for a film and you do interviews people say you don’t have work? And when during promotions you do interviews, then people say you are talking. So, how do I live?.”

বাংলাদেশের প্রথম টেস্ট জয়ের দুটি টুইট মুহূর্ত

এই মহিলা এইদিনে তার জন্মদিন পালন করত

আমাদের দেশে কারো দুটি জন্মদিন দুটি জন্মমাস দুটি জন্মবর্ষ বা দুটি জন্মদিন একটি জন্মমাস একটি জন্মবর্ষ খুবই স্বাভাবিক ঘটনা। এর শুরু হয়েছিল ব্রিটিশ ভারতে ২/১ বছর বেশি কেরানীগিরি করার পাটোয়ারি বুদ্ধি থেকে – এন্ট্রান্স পরীক্ষার রেজিস্ট্রেশনের আগে আগে মহাউৎসাহে গ্রাম ও শহরের স্কুলগুলোতে একাজ দায়িত্ব নিয়ে শিক্ষকেরা করতেন এবং এখনো করেন। কিন্তু কয়েকটি জন্মদিন কয়েকটি জন্মমাস কয়েকটি জন্মবর্ষ এপর্যন্ত খালেদা জিয়া ছাড়া আমি আর কারো দেখিনি। আর এনিয়ে আমি মোটেই বর্ষীয়ান আওয়ামী রাজনীতির নাবালক ক্যাঁ ক্যাঁ করার পক্ষপাতী নই। এরকম একজন অতি অসাধারণ মানুষকে নিজের জীবদ্দশায় দেখেছি এই খুশিতেই বরং সবসময় আমি ডগমগ থাকি। ‘যা দেখেছি যা শুনেছি তুলনা তার নাই’ : খালেদা জিয়া সম্বন্ধে আমার একক অনুভূতির কথা জানাতে হলে আমি একথাই বলব।

এ বিষয়ে আমার দুটি অনুরোধ বা অন্যায় আবদার আছে।

১. কালপঞ্জি আমার খুব প্রিয়, কাজেই কেউ পৃথিবীতে কয়বছর ধরে আছেন এবিষয়ে আমার অযাচিত আগ্রহ আছে। ধরুন আপনি পৃথিবীতে ১৯৫২ সাল থেকে আছেন, তাহলে আপনার জীবদ্দশায় কী কী ঘটেছে তার সাথে মিলিয়ে আপনাকে ভাবতে আমার ভাল লাগে। সেক্ষেত্রে আমার অনুরোধ ‘ডিএনএ’ পরীক্ষা করে খালেদা জিয়া ঠিক কোন বছর থেকে পৃথিবীতে আছেন তা বের করা হোক। কারণ সবচেয়ে খারাপ যেটা হয়েছে তার জন্মবর্ষ এখন ১৯৪৪-১৯৪৭ পর্যন্ত বিরাজ করছে, কালপঞ্জির খালেদাকে ভাবতে আমার অসুবিধা হচ্ছে।

২. খালেদার মতো এক অতি অসাধারণ ব্যক্তিত্ব ও বাংলাদেশের শ্রেষ্ঠতম অঘটনঘটনপটিয়সী ১৭/১৮ বছর ধরে ওই ১৫ আগস্টে জন্মদিন পালন করছেন এটা খুবই দু:খজনক। আমাদের সবার উচিত তাকে প্রতিবছর নতুন নতুন দিনে জন্মদিন পালন করতে উৎসাহ দেয়া।

এক্ষেত্রে আমি আগস্ট মাসকে তার জন্মমাস ধরে আরো কিছুদিনে তার জন্মদিন পালন করার প্রস্তাব করছি : ১২ আগস্ট হুমায়ুন আজাদের মৃত্যুদিনে তিনি জন্মদিন পালন করতে পারেন, ১৫ আগস্ট তো আছেই ( তবে এনিয়ে মতভেদ আছে, অনেকে মনে করেন শেখ মুজিব হত্যাদিবসে তিনি জন্মদিন পালন করেন, এটা কিন্তু ঠিক নয়। উনি ‘বিএনপি’র জন্মদিনে জন্মদিন পালন করেন। মহাকালের হিসেবে ১ সেপ্টেম্বর ১৯৭৮ ‘বিএনপি’র জন্মদিন নয়, ১৫ আগস্ট ১৯৭৫ ‘বিএনপি’র জন্মদিন), ১৭ আগস্ট সারাদেশে একযোগে বোমাবিস্ফোরণের ২০০৫-এর মহাঘটনার স্মরণে এদিন তিনি জন্মদিন পালন করতে পারেন, ২১ আগস্ট শেখ হাসিনাকে হত্যাপ্রচেষ্টার ২০০৪ সালের গ্রেনেড হামলাকে উদযাপন করতে তিনি এদিন জন্মদিন পালন করতে পারেন।

আর সবশেষে ট্রাজেডির কথা বলবই। জন্মিলে মরিতে হইবেই, সে আমাদের অতি অসাধারণ খালেদাকেও মরতে হবে। আমি তার মৃত্যু কোনো এক আসছে বছরের ১৫ আগস্ট কামনা করি। অন্য কোনো মাসের অন্য কোনোদিন মারা গেলে বড়জোর ১/২ বছর তাকে লোকে মনে রাখবে, কিন্তু শেখ মুজিব তো অমর, ১৫ আগস্টে মারা গেলে অন্তত লোকে এই বলে তাকে অনেকদিন মনে রাখবে, এই মহিলা এইদিনে তার জন্মদিন পালন করত।

Jeanne Moreau

La comédienne, chanteuse, actrice et réalisatrice Jeanne Moreau est morte lundi 31 juillet à l’âge de 89 ans, a annoncé son agent à l’Agence France-Presse lundi. L’actrice à la beauté sensuelle et à l’inimitable voix grave, qui a fasciné les plus grands réalisateurs au cours d’une carrière de soixante-cinq ans, a été retrouvée morte à son domicile parisien, a précisé Jeanne d’Hauteserre, maire du 8e arrondissement. Elle a été retrouvée par sa femme de ménage tôt lundi matin, selon plusieurs sources.

Née le 23 janvier 1928 à Paris d’un père restaurateur et d’une mère danseuse anglaise, l’inoubliable interprète de la chanson Tourbillon dans Jules et Jim, de François Truffaut, a tourné dans plus de 130 films. Le président Emmanuel Macron a rendu hommage à « une artiste qui incarnait le cinéma dans sa complexité, sa mémoire, son exigence ».

« Il est des personnalités qui à elles seules semblent résumer leur art. Jeanne Moreau fut de celles-ci. (…) Sa force fut de n’être jamais où on l’attendait, sachant s’échapper des catégories où trop vite on aurait voulu la ranger. Telle était sa liberté, constamment revendiquée, mise au service de causes auxquelles elle croyait, en femme de gauche ardente, toujours rebelle à l’ordre établi comme à la routine. »

===

Jeanne Moreau : elle était une voix

L’actrice s’est éteinte lundi à 89 ans. Mythe d’une époque, créatrice insatiable, artiste totale, elle était Jeanne la comédienne, la réalisatrice, la chanteuse. Et surtout la femme amoureuse et libérée, comme celle de ses rôles cultes, de Catherine dans «Jules et Jim» de François Truffaut à Florence dans «Ascenseur pour l’échafaud» de Louis Malle.

Et pour vous, c’était qui, Jeanne Moreau ? On vient d’apprendre sa mort, on la savait souffrante et on n’ignorait rien de son âge, 89 ans, qu’elle n’a d’ailleurs jamais cherché à dissimuler, et pourtant, on est pris de court, être mortelle et malade n’a jamais été une raison suffisante pour mourir. Pris de court, on est aussi pris d’un flou. D’Orson Welles à François Truffaut, en passant par le metteur en scène de théâtre Klaus Michael, Gruber dont elle disait qu’il l’avait marquée à vie, ou Serge Rezvani et ses fameuses chansons, Jeanne Moreau comprend trop de planètes, on craint d’en oublier, on oublie forcément.

Etait-elle d’abord une voix enchanteresse, la plus belle voix du monde, qu’on reconnaît où qu’elle soit, un charme absolu et envoûteur, l’impossibilité d’y échapper lorsqu’on la croisait, que ce soit sur un écran, une scène de théâtre ou en chair et en os ? Ou la dernière grande diva, avec ce que cela suppose de caprices, de revirements et d’égocentrisme, mais aussi de jeux, de souplesse, d’invention et d’humour ? L’identifie-t-on plutôt à la Catherine libre et fatale de Jules et Jim chez François Truffaut, ou à l’Eva prostituée de luxe dans le film de Joseph Losey qui porte le nom du personnage ? Ou est-elle avant tout l’héroïne d’Orson Welles qui, simple spectateur, tombe amoureux d’elle dès 1950 lorsqu’il la voit sur scène à la première d’Othello ? Le théâtre était sa première passion, interdite par ses parents, il resta son fil conducteur et salvateur.
«Absence de futilité»

Jeanne Moreau n’a jamais cherché la notoriété. C’est ce qu’elle nous avait dit en 2012, quand on l’avait rencontrée au festival Premiers Plans d’Angers, dont elle était la marraine, tant elle aimait soutenir les premiers projets, l’avenir. Elle nous avait confié qu’elle était devenue actrice faute de devenir religieuse – elle avait perdu la foi – mais avec la même dévotion et ascèse que si elle était entrée dans les ordres, la même «absence de futilité» – c’étaient ses termes. Elle prétendait aussi qu’aucun de ses films ne dessinait son autoportrait et que ce qu’elle aimait le plus était qu’on l’oublie absolument derrière son personnage. Cependant, à travers tous ses rôles, c’est l’emploi un peu désuet de la femme fatale qui apparaît, même quand elle joue une institutrice dans Mademoiselle de Tony Richardson, l’un de ses films les plus méconnus. Ingénue ou jeune fille, elle ne l’a jamais été, même dans Touchez pas au grisbi, le polar archimisogyne de Jacques Becker, où Jean Gabin lui donne une gifle.

Jeanne Moreau est née à Paris dans un milieu contrasté, et a passé la plus grande partie de son enfance à Vichy. Sa mère était anglaise, danseuse de music-hall dans la troupe des Tiller Girls, et parlait le français avec un fort accent. Son père nourrissait la famille, au propre comme au figuré, car il tenait un restaurant. Il fit faillite et la famille retourna à Montmartre, vivre au cinquième étage d’un hôtel de passe. Elle disait qu’elle avait compris toute petite qu’elle n’avait pas été une enfant désirée, et qu’on avait même suggéré à sa mère de «faire passer le fœtus». Elle avait ajouté : «Bien sûr, ça change beaucoup de choses dans la vie», la première étant sans doute le lien à la maternité, dont elle clamait haut et fort qu’il lui était étranger. «Quand j’ai compris que les adultes, c’était ni fait ni à faire avec leurs histoires de jalousie, j’ai voulu devenir bonne sœur.»
«Je voulais être dans tous les théâtres du monde»

C’est dans une école catholique qu’elle découvre le plaisir de la lecture à haute voix, et son génie pour capter l’attention d’un auditoire. Elle ne sait pas encore qu’elle est actrice, ni même que ce métier existe. Elle n’a jamais été au théâtre, n’a jamais vu de films, mais l’hôtel où vit la famille jouxte un cinéma, si bien qu’elle entend à travers les murs les voix de Pierre Fresnay et d’Yvonne Printemps. Adolescente, elle se rend en catimini avec des copines pour la première fois à une représentation d’Antigone de Jean Anouilh. C’est une révélation. Dès lors, elle s’appuie sur la complicité de sa mère pour prendre des cours de théâtre. Et n’éprouve pas d’autre difficulté pour devenir comédienne que l’interdit du père, qui la chasse de la maison quand il apprend via un article de presse accompagné d’une grande photo que sa fille joue indéniablement la comédie chaque soir. Jeanne Moreau : «Les putains m’aidaient beaucoup. Comme je n’avais pas d’argent pour prendre un taxi après le théâtre, elles m’indiquaient le meilleur chemin. Je les retrouvais dans un bar, rue Blanche, et elles me faisaient servir à manger» (lire aussi pages 10-11).

Le talent de la débutante est immédiatement reconnu. Non seulement un sociétaire de la Comédie-Française s’offre de la préparer gratuitement en quatre mois au concours du Conservatoire – où elle est reçue – mais son premier contrat est avec Jean Vilar, qui vient de fonder une troupe avec Alain Cuny, Maria Casarès, Michel Bouquet et Germaine Montero, et l’embarque pour être distribuée dans trois pièces, dans le tout jeune Festival d’Avignon, en 1947. Il y a des débuts plus incertains. La Comédie-Française l’arrache à Jean Vilar, elle s’échappe de la maison de Molière au bout de quatre ans car le théâtre lui semble trop «vaste», dira-t-elle, pour qu’elle accepte d’être recluse dans un seul lieu. «Je voulais être dans tous les théâtres du monde.»

Etre au Français ne lui interdit cependant pas d’accepter quelques propositions au cinéma. Sur son premier film, Dernier Amour, son inexpérience est telle qu’elle continue de jouer son personnage quand elle est hors champ ou que la caméra ne tourne pas, devant l’œil interloqué des techniciens. Oubliable, le film est cependant important, car c’est sur ce tournage qu’elle s’aperçoit qu’elle est enceinte de l’acteur Jean-Louis Richard, alors en tournée. Ils se marient le 27 septembre 1949, elle accouche de son fils, Jérôme, le lendemain et, deux heures plus tard, elle appelle son metteur en scène pour lui dire qu’elle est en pleine forme, prête à reprendre le travail. Elle retourne chez Vilar, fait sensation au côté de Gérard Philipe au Festival d’Avignon, devient une vedette sur laquelle on monte financièrement un film. On est dans les années 50, les films sont empesés, la Nouvelle Vague se fait attendre. Puis elle arrive, vive les tournages libres en décors naturels, où les gens parlent normalement et qui ne nécessitent pas vingt heures de préparation pour le moindre plan. Jeanne Moreau, désormais une star, ne s’y trompe pas : elle tourne la Baie des anges de Jacques Demy, accepte immédiatement de soutenir le jeune François Truffaut en faisant une apparition rigolote dans les Quatre Cents Coups – une dame qui court après son petit chien place Clichy – ou de figurer dans un des premiers Godard.

L’une des rencontres capitales est avec Louis Malle. On se souvient de son errance, la nuit, dans Ascenseur pour l’échafaud, de cabine téléphonique en cabine téléphonique, sous la musique de Miles Davis, attendant désespérément son amant, Julien, coincé dans un ascenseur. Capitale, car pour la première fois elle est filmée telle qu’elle est. Son visage n’est plus jugé «trop cerné, asymétrique», devant être rectifié pour correspondre aux canons. Jeanne Moreau est dans son élément. Elle vivra une passion avec le cinéaste, ils tourneront les Amants, qui fera un scandale incompréhensible aujourd’hui, avant de se séparer.

Dans ces années-là, l’autre rôle phare est bien sûr celui de Catherine dans Jules et Jim de François Truffaut, qu’il est impossible d’évoquer sans entendre le Tourbillon de la vie. La fameuse ritournelle n’a pourtant pas été écrite pour le film, mais sept ans plus tôt par Rezvani, en clin d’œil au couple qu’elle formait avec Jean-Louis Richard.
«On va chanter»

Le tournage de Jules et Jim est difficile, comme Jeanne Moreau l’expliquait à Libération en 2002 : «Il n’y avait plus d’argent. Un jour, un technicien s’est crashé en hélicoptère. On a dû interrompre le film. C’est à ce moment que François a dit, comme pour retrouver de l’élan : “On va chanter.” C’était dans les Vosges, un grand chalet, il a fait venir un ingénieur du son pour un jour et, avec Rezvani à la guitare, j’ai chanté le Tourbillon. C’est le seul passage du film en son direct. Truffaut tenait énormément à ces quelques prises. Il n’a pas choisi la plus juste du point de vue des paroles et de la musique, mais celle où passait le plus de vie. Il est étonnant que cette chanson, composée bien avant Jules et Jim et pour une tout autre histoire, soit devenue le symbole du film, presque de François Truffaut lui-même…»

A moins qu’on préfère se souvenir de son amitié complice avec Marguerite Duras, avec qui elle partagea une Rumba des îles et chanta India Song sur une musique de Carlos d’Alessio, but beaucoup, et tourna notamment Nathalie Granger, avec un Gérard Depardieu en démonstrateur impeccable de machine à laver ? Elle l’incarna par la suite sans la singer sous la caméra de Josée Dayan.

On ne peut pas dérouler toute la filmographie de Jeanne Moreau, qui se confond pourtant avec sa vie entière. Un film, un amant, un amour. Tout va ensemble, il n’y a pas d’un côté la vie professionnelle et la vie intime, et ses grandes histoires d’amour – d’Orson Welles à William Friedkin, avec qui elle se maria brièvement – furent aussi des passions de cinéma. Ce qui frappe, c’est l’intelligence de ses choix. «Ah bon ?» aurait-elle dit.
«Un jour, c’est trop tard»

La préméditation n’est pourtant pas son genre. Ses meilleurs films, tournés dans les années 60, ne lui rapportent pas un centime, et elle s’investit souvent financièrement pour que le tournage puisse continuer. Elle sauvera ainsi Jules et Jim. Mais elle peut aussi, de manière désintéressée, aider des cinéastes avec lesquels elle ne travaille pas.

Elle nous avait confié qu’elle avait recueilli Jean Eustache quand la Maman et la Putain avait été présenté à Cannes. «Il était d’une nervosité dingue. Dans cette période d’attente, il m’a appris un jeu de patience très difficile. Il l’a réussi trois fois de suite. Je lui ai dit : “Vous allez voir, ça va marcher.”» Ils avaient plusieurs projets ensemble, dont une suite de la Maman et la Putain de quelques minutes, avec Bulle Ogier, sur une seule bobine si l’on en croit un article d’Hervé Guibert republié dans le recueil Articles intrépides. Jeanne Moreau avait ajouté : «Ce n’est pas toujours par négligence ou par manque d’argent qu’on ne fait pas un film. Un jour, c’est trop tard.»
Un écrivain oral

Etre avec Jeanne Moreau, c’était la promesse d’une parole imprévue et mouvementée, pleine de détails qui soudainement prennent de l’ampleur et engagent dans une direction inconnue. C’était un écrivain, un écrivain oral qui avait besoin d’un interlocuteur pour exister, et maints éditeurs ont d’ailleurs tenté de lui faire écrire ses mémoires. Mais non ! disait-elle. «J’aimerais bien. La seule activité que je place plus haut que jouer la comédie est l’écriture.»

Depuis une poignée d’années, deux ans peut-être, Jeanne Moreau s’était éclipsée de la vie sociale et vivait dans une grande solitude. Son dernier film est une série de cinq courts métrages sous forme d’hommage, réalisés par Sandrine Veysset en 2013. Au théâtre, son ultime apparition fut son duo avec Etienne Daho : ils avaient adapté en musique Un condamné à mort de Jean Genet, avec qui elle fut amie – ils étaient «deux voyous», disait-elle en 2011, et elle lui servait «d’appât» pour les garçons. Ce spectacle restera le dernier choc scénique, et la preuve, s’il en fallait, qu’elle continuait d’adorer travailler avec plus jeune qu’elle.

On se souvient d’elle, sur le pas de la porte : on était arrivée chez elle, où on avait rendez-vous, on était face à elle, elle se disait surchargée de travail, harassée d’activités, elle était élégante dans son smoking blanc avec son brushing, mais on voyait bien à son regard rieur qu’elle nous faisait une mauvaise blague. Et que, désormais, elle vivait chez elle, recluse.

===

(FILES) This file photograph taken on May 17, 2008, shows French actress Jeanne Moreau smiling as she arrives to attend the screening of US director Woody Allen’s film ‘Vicky Cristina Barcelona’ at the 61st Cannes International Film Festival in Cannes, southern France.
French actress Jeanne Moreau has died aged 89 on July 31, 2017.
/ AFP PHOTO / ANNE-CHRISTINE POUJOULAT

Jeanne Moreau : “On ne me dresse pas !”

La porte est ouverte sur un salon encombré d’imprimés. Partout, des scénarios. Sur les chaises, sur les fauteuils, derrière les rideaux, contre les murs. Rouges, verts, blancs, cornés ou neufs. Jeanne Moreau s avance, en pantalon cigarette et chemisier bleu clair. Elle est menue : “Alors, vous vous êtes perdu ?”, dit-elle d’une voix alourdie par le bronze du tabac. Oui, je me suis perdu. Comme je me perds devant ces deux yeux agrandis par le souvenir, tant aimés par la caméra et les hommes. Dans un petit bureau, elle allume une cigarette fine comme une gaufrette russe puis, posée à l’extrême pointe d’un siège adossé à une toile aborigène, elle demande : “Que voulez-vous savoir ?” Je veux savoir tout, chère Jeanne, la vie, l’avenir et la géographie de votre cœur. “Nous n’aurons guère le temps”, dit-elle. Alors, va pour Avignon.

Elle y retourne cette année. Pour donner “la Guerre des fils de lumière contre les fils des ténèbres”, d’après Flavius Josèphe, dans une mise en scène d’Amos Gitaï. Peste ! Jouer un texte qui a presque 2.000 ans, n’est-ce pas une aventure ? Jeanne Moreau me tend le gros livre de Flavius Josèphe : 100 passages sont soulignés en rouge, des phrases entières sont bordées d’une frise ou hachées par des coups de crayon. “Dur ? Non. C’est comme des vacances..”, dit-elle en faisant soigneusement tomber sa cendre dans un petit cône de cuivre. D’ailleurs Avignon, mon Dieu, elle est habituée : elle y est arrivée en 1947 avec Jean Vilar. “Nous dormions tous dans les couloirs du bâtiment… Il n’y avait qu’un hôtel, et nous étions raides comme des passe-lacets”.

Elle est revenue plus tard, avec Gérard Philipe – “un ange” -, avec Shakespeare – “un génie enragé” et puis le cinéma l’a engloutie. Elle a tourné tourné, tourné. Après “Dortoir des grandes” (1952), les hommes la suivaient dans la rue, elle n’y voyait aucun mal. Est-ce alors qu’elle a déclaré: “La plupart des gens n’ont pas assez d’énergie pour l’amour, ils préfèrent aller au cinéma” ? Elle l’a dit, oui. “Ça me ressemble.” A cette époque-là, elle avait choisi le professeur de théâtre le plus dur, le plus intransigeant. “Vous vouliez donc être dressée ?” La réponse claque comme un fouet : “Moi, on ne me dresse pas !” Que de films, ratés ou merveilleux ! “Touchez pas au grisbi”, génial. “Gas-oil”, excellent.

“Ascenseur pour l’échafaud”, sublime musique… “On vous prête une histoire avec Miles Davis ? – On dit qu’il était amoureux de moi. Mais, à la vérité, je ne l’ai même pas remarqué. J’étais si amoureuse de Louis Malle, voyez-vous…”

L’après-midi d’été s’écoule, chez Mademoiselle Moreau, en histoires à rebondissements, toutes racontées avec une mémoire sans faille. “Ce jour-là, je portais une robe vert pomme…” Ou bien : “A 16h15, Simone Berriau est entrée avec un crayon à la main…” Jeanne Moreau se souvient de tout. Une lente poussière ensoleillée tombe des étagères. Les noms se succèdent : Vadim, Truffaut, Peter Brook, Godard, Jacques Demy, Burt Lancaster.

Mauvais souvenir, “le Train” : “Lancaster avait besoin de se motiver pendant deux heures avant de déplacer une salière.” Jeanne Moreau a quand même tourné plusieurs westerns, dont le beau “Monte Walsh”, avec Lee Marvin. “J’ai eu une aventure avec lui durant le tournage, il n’a jamais été soûl, non…” Et Mastroianni ? “L’homme le plus gentil du monde. Pendant ‘la Notte’, nous étions face à Antonioni, qui ne nous parlait pas. Monica Vitti est venue me voir pour me demander de ne pas lui voler Michelangelo. Je n’en avais pas l’intention. J’étais bien avec Marcello.”

Hormis la cohorte des fiancés connus, y en a-t-il eu d’autres ? “Ah ! je me souviens de George Hamilton, pendant ‘Viva Maria’. Louis Malle venait de se marier. Hamilton était si drôle. Et si charmant…” A ce souvenir, elle rit, d’un rire qui flamboie, puis se lève pour feuilleter un album de photos

Voici un cliché d’autrefois, dans un Paris endeuillé par la suie. J’en profite pour lui demander si, comme l’affirme la légende, elle est allée visiter, un jour, une maison close, pour apprendre la vie. “Non, c’est faux. En fait, quand mon père et ma mère sont revenus à Paris, après la guerre, nous avons vécu dans un hôtel de passe. Là, comme j’étais bilingue, j’écrivais en anglais les lettres de ces dames pour les GI. Elles m’emmenaient manger, elles m’aimaient bien…”

Jeanne Moreau recoiffe ses cheveux blonds d’un geste négligent, illumine le bureau d’un nouveau sourire, et ajoute, de but en blanc : “J’ai toujours su que le métier de comédienne était fait pour moi. Pour moi.” De l’index, elle montre sa poitrine. Images : “Jules et Jim”, Jeanne avec sa casquette ; “Eva”, avec son air de femme fatale ; “le Procès”, Moreau dans l’ombre d’Orson Welles ; “le Journal d’une femme de chambre” de Luis Buñuel ; puis Marguerite Duras, Bertrand Blier, André Téchiné, Elia Kazan, Jean Renoir, Wim Wenders.

Avec qui n’a-t-elle pas tourné ? 120 ou 130 titres, allez savoir. Ce n’est plus une filmographie, c’est une saga. “S’arrêter ? Pour quoi faire ?” Elle continue donc. En automne, on la verra dans “Visages” de Tsai Ming-liang, aux côtés de Fanny Ardant, Nathalie Baye et Jean-Pierre Léaud. Elle reprend Flavius Josèphe pour préparer Avignon, l’entretien est terminé. Puis, dans l’antichambre, avec un regard craquant : “Mais vous savez, des hommes, il y en a eu…” Elle a un geste pour désigner l’infini. Ou pour chasser la fumée de cigarette.

===

FILMBILD / T: Falstaff / Campanadas A Medianoche / Chimes At Midnight D: Orson Welles, Jeanne Moreau R: Orson Welles P: E/CH J: 1965 PO: Szenenbild RU: Historienfilm/Epos DA: , – Filmstill // HANDOUT / EDITORIAL USE ONLY! / Please note: Fees charged by the agency are for the agencyÃs services only, and do not, nor are they intended to, convey to the user any ownership of Copyright or License in the material. The agency does not claim any ownership including but not limited to Copyright or License in the attached material. By publishing this material you expressly agree to indemnify and to hold the agency and its directors, shareholders and employees harmless from any loss, claims, damages, demands, expenses (including legal fees), or any causes of action or allegation against the agency arising out of or connected in any way with publication of the material.

//www.ultimedia.com/deliver/generic/iframe/mdtk/01637594/src/r8p0rp/zone/1/showtitle/1/

La mort de Jeanne Moreau, comédienne fleuve

Archives | Vilar, Louis Malle, Truffaut, Antonioni, Duras, Bunuel, Losey… au cinéma et au théâtre, elle a côtoyé certains des plus grands auteurs dans un parcours artistique exceptionnel. Ses interprétations, sa beauté, sa voix singulière, ont fait d’elle l’actrice majeure de la seconde moitié du XXe siècle.

Elle fut comédienne bien sûr, au théâtre, au cinéma, mais également chanteuse – l’éternel “Tourbillon de la vie”, ou réalisatrice… Difficile de choisir les temps forts dans un parcours qui fut comme une oeuvre, au contact de certains des artistes les plus importants du XXe siècle. Alors évidemment on se souviendra d’elle dans le trio magique de “Jules et Jim”, de sa beauté en Noir et Blanc dans “Ascenseur pour l’échafaud” de Louis Malle ou “La Nuit” de Michelangelo Antonioni, de son personnage à la dérive dans “Les Valseuses”…

Née le 23 janvier 1928 à Paris, Jeanne Moreau débute au Festival d’Avignon en 1947, après des cours de théâtre suivis à l’insu de ses parents. Elle entre ensuite à la Comédie-Française qu’elle quittera pour suivre Jean Vilar au TNP. Au cinéma, après des petits rôles, deux films de Louis Malle, “Ascenseur pour l’échafaud” en 1957 et “Les Amants” en 1958 (qui fit scandale), la révèlent au grand public. Le film “Moderato cantabile”, d’après Duras, vaut à Jeanne Moreau le prix d’Interprétation au Festival de Cannes, et sa performance dans “La Vieille qui marchait dans la mer” est saluée par le césar de la Meilleure actrice en 1992. En tout c’est près de 140 films qu’elle aura tournés, en compagnie de Malle et Truffaut bien sûr, mais également Decoin, Renoir, Demy, Vadim, Welles, Kazan, Losey, Fassbinder, Wenders, Téchiné, Luc Besson ou François Ozon.

Parallèlement à sa carrière cinématographique, Jeanne Moreau se consacre à la chanson, à la télévision et poursuivra au théâtre (écoutez-la dans “Quartett” pour son retour à Avignon en 2007). Elle a réalisé deux films, “Lumière” en 1975 et “L’Adolescente” en 1979. Elle est la première femme à entrer à l’Académie des Beaux-arts en 2001. En 2005, elle crée en marge du festival Premiers Plans d’Angers, les Ateliers d’Angers, pour permettre à de jeunes réalisateurs de tourner leur premier long-métrage.

===

FILMBILD / T: Viva Maria! / Viva Maria! D: Jeanne Moreau, Brigitte Bardot R: Louis Malle P: F/I J: 1965 DA: * Bildrechte: Das Vierte (Das 4.) Originaldateiname: 502568.JPG Filmstill // HANDOUT / EDITORIAL USE ONLY! / Please note: Fees charged by the agency are for the agencyÃs services only, and do not, nor are they intended to, convey to the user any ownership of Copyright or License in the material. The agency does not claim any ownership including but not limited to Copyright or License in the attached material. By publishing this material you expressly agree to indemnify and to hold the agency and its directors, shareholders and employees harmless from any loss, claims, damages, demands, expenses (including legal fees), or any causes of action or allegation against the agency arising out of or connected in any way with publication of the material.

Jeanne Moreau, «mystique et frivole»

Avec sa beauté sensuelle teintée de lassitude et sa voix incomparable, Jeanne Moreau, morte à Paris à 89 ans, laisse l’empreinte d’une actrice éclectique et d’une femme libre. Elle a tourné dans plus de 130 films et avec les plus grands noms du cinéma, tels Orson Welles, Wim Wenders, Rainer Werner Fassbinder, François Truffaut ou Elia Kazan.

Elle a été toute jeune pensionnaire de la Comédie-Française, a joué avec Gérard Philipe Le Cid au Festival d’Avignon, a enregistré plusieurs albums de chansons, dont le Tourbillon – chanson culte du film de François Truffaut Jules et Jim qu’elle avait chantée aux côtés de Vanessa Paradis à Cannes en 1995 -, réalisé deux longs métrages et tourné pour la télévision, dirigée notamment par Josée Dayan.

A la veille de ses 80 ans, elle reconnaissait avoir vécu dans son métier des moments de passion qu’elle n’avait pas vécus dans sa vie. «On dit toujours qu’en vieillissant les gens deviennent plus renfermés sur eux-mêmes, plus durs. Moi, plus le temps passe, plus ma peau devient fine, fine… Je ressens tout, je vois tout», notait-elle avec son phrasé inimitable.

L’actrice qui a fasciné Welles (Une histoire immortelle), Bunuel (Journal d’une femme de chambre), Antonioni (La notte) ou Losey (Eva), raconte avoir «été responsable très tôt» : «Quand on n’est pas encouragé par ses proches, il y a une détermination, une énergie».
Le goût des livres

Elle est née le 23 janvier 1928 à Paris d’un père restaurateur et d’une mère danseuse anglaise. Un antagonisme profond la sépare de son père, «un homme élevé par des parents du XIXe siècle» qui supportait mal que sa femme lui échappe. «Ça m’a rendue enragée de voir comment une femme pouvait se laisser malmener», confiait-elle.

Son goût pour la lecture lui vient de son oncle, «un homme extraverti» qui lui donnait des livres – «ce qui était interdit, j’ai toujours lu en cachette» -, et lui payait des cours de danse. «J’ai découvert la sexualité sur le tard, à travers les livres et parce qu’on a vécu dans un hôtel de passe à Montmartre» à Paris, s’amusait cette grande séductrice.

A 19 ans, après le Conservatoire, elle fait ses débuts à la Comédie-Française qui représente pour elle «la discipline, l’exactitude». «Cela me convenait. J’aimais l’école puisque mon père ne tenait pas à ce que je fasse de longues études et qu’il m’imaginait fonctionnaire ou épouse d’un restaurateur».

Sa rencontre avec Louis Malle pour Ascenseur pour l’échafaud en 1957 est déterminante. Un an plus tard, les Amants (Lion d’Or à Venise) a été «un cadeau de rupture». «Je suis toujours partie la première, je n’aime pas être abandonnée», disait-elle.

En plein chagrin d’amour, elle fait la connaissance de Marguerite Duras, Margaux comme elle l’appelle. «Comme j’étais devenue une star, que je pouvais imposer le sujet, le metteur en scène, l’acteur, je me suis dit : je vais rencontrer cette femme. Je lui ai écrit, elle m’a reçue». Duras la dirigera dans Nathalie Granger (1973).
Ambassadrice du cinéma français

Au fil des ans, elle travaille avec les plus grands réalisateurs et collectionne les films phare de la Nouvelle Vague. «Tourner, c’est entrer dans leur univers, c’est la meilleure façon pour pouvoir incarner leurs fantasmes et grâce à eux j’ai une famille incroyable de femmes qui sont en moi et m’accompagnent», disait-elle.

En 1962, Jules et Jim inaugure sa collaboration avec François Truffaut. «On m’a prêté beaucoup d’aventures amoureuses avec des metteurs en scène. Je n’en ai pas eu 36. Avec François, ça n’a jamais abouti, justement à cause de son amour des femmes, je ne voulais pas être une parmi tant d’autres», racontait cette femme mariée deux fois, et mère d’un fils, Jérôme.

Pour la Vieille qui marchait dans la mer, elle a reçu en 1992 le César de la meilleure actrice et «Jeanne la Française», comme on l’appelle à l’étranger, est devenue les années suivantes une sorte d’ambassadrice du cinéma français. Elle a reçu en 1998, des mains de Sharon Stone, un Oscar d’honneur pour l’ensemble de sa carrière, et, dix ans plus, un Super César d’honneur lors des César 2008.

Lauréate du prix d’interprétation féminine 1960 à Cannes (pour Moderato Cantabile), elle fut la seule comédienne à avoir présidé deux fois le jury de ce Festival (en 1975 et 1995). Elle y a aussi été plusieurs fois maîtresse de cérémonie.

Jeanne Moreau se disait «mystique et frivole», capable de s’angoisser pour le drame du Darfour mais aussi d’aimer l’élégance et les belles choses. Elle aimait comparer la vie à un jardin, «un jardin en friche qu’on nous donne à la naissance» et qu’il faut «laisser beau au moment de quitter la terre».

===

British actor Richard Burton his wife British American actress Elizabeth Tayor (C), and French actress Jeanne Moreau (R) attend the UNICEF gala at the Palais de Chaillot in Paris on December 16, 1967. / AFP PHOTO / –

তরুণ তন্ময়তার গান

জুলাই, ১৯৯২ প্রকাশিত হয়েছিল আমার প্রথম কবিতার বই। তরুণ তন্ময়তার গান প্রকাশের ২৫ বছর পূর্ণ হল। এখন আর একবিতাগুলো পড়া যায় কিনা বা কেউ পড়বে কিনা এটা একটা প্রশ্ন, আমি ব্যক্তিগত ভাবে আর এই বইটির নতুন প্রকাশ চাই না, যদিও আমি কেমন কবি একথা জানার কখনো প্রয়োজন হলে এই বইটিই সবার অাগে পড়তে হবে।